La réussite est une affaire d’équipe !

Le 30 avril prochain, nous élirons nos représentants au Conseil d’Etat et au Grand Conseil vaudois. La campagne est dorénavant bien lancée et les candidats se mettent en avant en valorisant leur travail passé. Il est bon parfois de rappeler à certains que tous les projets réalisés par le passé, et que toutes les victoires acquises, ne l’ont pas été uniquement grâce à leur travail personnel ou au travail de leur bord politique.

Dans une présentation du PLR publiée la semaine dernière dans la FAVJ, Carole Dubois, récemment élue à la Municipalité du Chenit, a omis de préciser que le déplacement de la gare du Day avait été obtenu avec le soutien de la population dans son ensemble. Il est en effet important de rappeler que les Combiers ont manifesté leur attachement à ce projet en signant massivement la pétition lancée par le Parti socialiste Vallée de Joux au printemps 2015. Cette pétition avait par la suite été remise à la Conseillère fédérale Doris Leuthard ainsi qu’aux CFF.

Ce projet avait également été soutenu par Travys et porté au Grand Conseil par Nicolas Rochat Fernandez. Notre député se bat en effet depuis 2009 pour cette nouvelle gare. Il est également important de rappeler l’excellent travail effectué par la Conseillère d’Etat socialiste Nuria Gorrite et par toute son équipe qui a longuement négocié avec le Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC) ainsi qu’avec la régie fédérale de transport.

Au Parti socialiste, nos élus et nos candidats sont bien conscients du fait qu’il faut travailler avec les autres, qu’ils soient acteurs du monde politique, syndical, associatif ou privé. L’important reste avant tout de collaborer pour le bien de tous. Nos candidats au Grand Conseil, Nicolas Rochat Fernandez et Marianne Oberson le savent, tout comme nos candidats au Conseil d’Etat, qui ont prouvé lors de la dernière législature qu’il était primordial de travailler collégialement afin de garantir la prospérité de notre canton et améliorer la qualité de vie de ses habitants.

Nos candidats au Grand Conseil, Nicolas Rochat Fernandez et Marianne Oberson seront par ailleurs ce soir, jeudi 30 mars à 20h, à l’Hôtel de Ville du Sentier (salle du Conseil communal) accompagnés de la Conseillère nationale Cesla Amarelle, candidate au Conseil d’Etat. N’hésitez pas à venir leur poser vos questions et leur faire part de vos préoccupations !

Pour une Vallée en mouvement, votez la liste n°4 au Grand Conseil et au Conseil d’Etat !

Au nom du PS Vallée de Joux
Sébastien Cala, Président

annonce-PSVJ-Gd-Conseil-2017-Facebook

Elections cantonales : au tour des vaudois !

Le printemps 2017 est synonyme de renouvellement dans plusieurs cantons romands. Après le Valais en mars, Neuchâtel en avril, ce sera le tour du canton de Vaud, le 30 avril pour l’élection au Grand Conseil et le 1er tour du Conseil d’Etat.

Je suis très fière du tandem que la section Vallée de Joux du parti socialiste vaudois vous présente pour ces élections cantonales : ce sont deux personnes de valeur, que je côtoie depuis deux décennies, et qui ont fait leur preuve autant par leur engagement à différents niveaux pour la population combière, que par les valeurs qui les animent dans leurs actions.

Nicolas Rochat Fernandez, député expérimenté malgré sa jeunesse, syndicaliste, juriste, a su gagné la confiance de ses pairs au Grand Conseil, puisque les députés socialistes lui ont confié la présidence du groupe.  Il a si bien conduit le groupe, obtenant le respect des autres partis présents au Parlement, qu’il a été élu au Bureau du Grand Conseil, ce qui devrait le conduire, au cours de la prochaine législature, à présider le Parlement vaudois.

Ce travail de fond au service de tous ne l’a pas empêché d’être présent sur de nombreux dossiers qui touchent la population de la Vallée, rappelant à chaque occasion aux Conseillers d’Etat nos préoccupations de région périphérique : transports publics, nécessité de baisse des primes d’assurance-maladie, enseignement et formation professionnelle, condition de travail des travailleurs et travailleuses, soutien aux emplois par un développement économique dynamique,..

Marianne Oberson, conseillère communale discrète et très efficace, a présidé avec conscience et savoir-faire le législatif du Chenit. Elle sait être à l’écoute des personnes qu’elle côtoie ; par sa profession d’enseignante, elle connaît bien la situation de la population de notre région ; elle se préoccupe de trouver des solutions aux problèmes quotidiens des gens et saura, sur les bancs du Grand Conseil, porter la voix des combiers de toutes conditions.

Pour le Conseil d’Etat, j’ai l’immense plaisir de pouvoir vous recommander le ticket Nuria Gorrite, Pierre-Yves Maillard, Cesla Amarelle et Béatrice Mettraux.  Les trois sortants ne sont plus à présenter et bénéficient d’un excellent bilan de législature.

La nouvelle du quatuor, Cesla Amarelle, est une femme exceptionnelle que j’ai eu l’occasion de côtoyer de près, et avec laquelle j’ai beaucoup travaillé depuis 2004 : elle fut ma vice-présidente lorsque j’ai présidé durant quatre ans le parti socialiste vaudois. Elle m’a succédé à la présidence du parti avec le succès que l’on connaît, a endossé l’habit de députée, puis celui de conseillère nationale depuis 2011.  C’est une travailleuse acharnée, qui a les valeurs socialistes chevillées au corps, et qui sait construire des ponts avec les autres forces politiques, pour le bien de la population.  Je la recommande à vos suffrages, avec conviction.  Elle aime être à l’écoute de la population ; ne manquez pas de venir faire sa connaissance ce soir à 20h à l’Hôtel de Ville du Sentier.

Si le canton de Vaud va si bien, la majorité de gauche au Conseil d’Etat, dans le respect des autres forces politiques en présence, n’y est pas pour rien.  Je souhaite pour notre canton et pour sa population que nous puissions rester dans la même dynamique pour les cinq prochaines années : un équilibre qui assure non seulement le développement économique, mais aussi une juste redistribution des fruits de la croissance pour le bien de toute la population.

Le Grand Conseil mouture 2017-2022 qui sortira des urnes le 30 avril siègera dans le nouveau bâtiment du Parlement, à côté du Château cantonal.  C’est tout un symbole, Depuis la nouvelle constitution vaudoise, entrée en vigueur le 14 avril 2003, le Parlement siège dans le Palais de Rumine, suite à l’incendie de la salle Perregaud lors des travaux de transformation de cette salle historique.  J’ai, à cette occasion, une pensée émue pour mon prédécesseur au Grand Conseil, Bernard Thalmann, qui avait quitté cette salle avec nostalgie après 24 ans au Grand Conseil.  L’inauguration du bâtiment rénové et repensé pour un travail efficace des parlementaires en plein XXIe siècle aura lieu le 14 avril prochain : tout un symbole qui relie l’Histoire du canton à son futur !

Josiane Aubert, ancienne conseillère nationale

 

Votez Nicolas Rochat Fernandez et Marianne Oberson au Grand Conseil vaudois le 30 avril prochain !

Le 30 avril prochain, vous serez amené à renouveler les autorités vaudoises et particulièrement les deux députés de la Vallée.

Cette élection est importante, les député-e-s ont une influence directe sur les décisions en matière de scolarité obligatoire, santé, politique de l’emploi, transports publics et l’environnement par exemple.

Pour ce faire, il est primordial que notre si belle région soit représentée par des élu-e-s efficaces, proches de la population, capables de relever les défis de demain mais aussi d’être des relais efficaces des autorités combières.

En effet, d’importants dossiers attendent la Vallée ces prochaines années dans les domaines suivants notamment : aménagement du territoire, logement, assurance-maladie, maintien d’un tissu économique fort, transports publics, Jeux olympiques de la Jeunesse 2020-

Les socialistes présentent deux candidat-e-s de qualité:

Premièrement, Nicolas Rochat Fernandez.

Député depuis pratiquement dix ans, il a su, durant deux législatures, défendre au mieux les dossiers importants de la vallée de Joux. Il s’est battu pour améliorer et développer la ligne de train Lausanne-Le Brassus, maintenir la ligne TGV Vallorbe-Paris. Il a défendu le remboursement des primes d’assurance-maladie payées en trop par les Vaudois-e-s. Il s’est battu pour le maintien des places de travail et pour un tissu industriel fort. Enfin, il a participé et défendu les dossiers régionaux en ce qui concerne la sécurité, l’accès aux routes forestières et l’organisation des Jeux olympiques de la jeunesse.

Pour mener à bien ces dossiers, Nicolas Rochat Fernandez a su collaborer, créer des alliances et un dialogue indispensable avec les autorités de la Vallée, avec des député-e-s et Conseillers d’Etats d’autres partis politiques que le sien, des associations économiques tant patronales que syndicales.

Sa capacité d’écoute, de dialogue et son expérience constituent des atouts indispensables pour relayer les préoccupations des autorités locales et de la population devant le Grand Conseil.

Deuxièmement, Marianne Oberson

Elle est élue au Conseil communal du Chenit depuis plus de douze ans. Elle a présidé le Conseil communal avec brio entre 2013 et 2015.

Depuis qu’elle est élue, Marianne Oberson a eu soucis de défendre les combats qui lui sont le plus chers, soit la défense des familles, de nos aînés et du service public. Elle est également très engagée dans le monde culturel combier.

J’ai également pu constater sa capacité de dialogue et d’écoute avec les différents élu-e-s communaux et la population. Partant, elle dispose également de tous les atouts pour représenter aux mieux les couleurs de la Vallée au Grand Conseil. De plus, sa candidature s’inscrit pour davantage d’élues femme en politique.

Au vu de ce qui précède, je vous invite à voter et faire votez Nicolas Rochat Fernandez et Marianne Oberson (liste socialiste n°4) le 30 avril prochain !

Olivier Baudat, Municipal

annonce-PSVJ-Gd-Conseil-2017-Facebook

Canton de Vaud : 5 ans qui ont amélioré le quotidien des vaudoises et vaudois !

Rochat_F_Nicolas-73677

Les autorités vaudoises (Conseil d’Etat et Grand Conseil) seront renouvelées le 30 avril prochain.

Face à cette échéance, les socialistes  reviennent sur le bilan de cette législature 2012-2017.

En préambule, il faut souligner que cette législature s’est déroulée dans un climat politique sain et constructif. Avec les communes, avec les partenaires sociaux, avec l’ensemble des acteurs de la société vaudoise, un dialogue respectueux et efficace a permis d’aboutir à des solutions négociées et satisfaisantes pour tous.

Des progrès remarquables ont été effectués dans les domaines suivants notamment :

  • Mobilité : amélioration de la desserte de toutes les régions et notamment du trajet Lausanne-Le Brassus et de la desserte du Day (dès fin 2016) ;
  • Cohésion sociale : réduction du nombre de bénéficiaires à l’aide sociale, nouvelles aides avec les PC-familles, hausse des subsides LAMal, hausse des allocations familiales, augmentation du nombre de lit en EMS ;
  • Sécurité : hausse des effectifs de la Gendarmerie, des agents de détention et baisse du taux de criminalité d’1/3 depuis 2014 ;
  • Logement : nouvelle législation, approuvée par les Vaudois-e-s, permettant la création de logement d’utilité publique avec des loyers abordables ;

De plus, votre serviteur a déposé une quarantaine d’interventions dans différents domaines notamment :

  • La défense des Offices de poste ;
  • Le soutien à la rétrocession des primes d’assurance maladie payées en trop par les Vaudois-e-s ;
  • La soutien au maintien des places de travail et spécifiquement ceux dans l’industrie ;
  • L’amélioration des aides financières pour les apprenti-e-s ;
  • Le maintien de la ligne TGV Vallorbe-Paris ;
  • La lutte contre les faillites à répétition d’entreprises ;
  • Contre une hausse des frais de justice.

Le Canton se porte donc mieux aujourd’hui qu’il y a 5 ans et la situation globale, suisse et cantonale demandera, lors des prochaines années encore, qu’une équipe dynamique et à l’écoute des besoins de sa population défende les réformes encore à concrétiser avec pragmatisme et détermination, car il reste encore beaucoup de projets à réaliser.

C’est pourquoi Pierre-Yves Maillard, Nuria Gorrite et Béatrice Métraux se représentent, associé-e-s à Cesla Amarelle au Conseil d’Etat, pour continuer à améliorer le quotidien des Vaudoises et des Vaudois et poursuivre le développement du canton.

Et c’est également dans cet esprit que j’ai décidé de me présenter pour un nouveau mandat au Grand Conseil avec Marianne Oberson.

Nicolas Rochat Fernandez, député et candidat au Grand Conseil vaudois

 

Pour soutenir le dynamisme économique de la Suisse, dites oui au projet FORTA et non à la RIE III !

Dimanche, le peuple devra entre autres se prononcer sur le Fond pour les routes nationales et le trafic d’agglomération (FORTA). Cet objet de votation est particulièrement important pour notre canton. En effet, l’Arc lémanique et la métropole lausannoise en particulier connaissent une forte croissance démographique et économique. Ce dynamisme est profitable à l’ensemble du canton et de la Suisse romande. Pour maintenir la bonne santé économico-industrielle de notre région, mais également de l’ensemble de la Suisse, il est nécessaire de développer les infrastructures de mobilité essentielles aux PME et aux usagers. De ce fait, il est indispensable d’investir dans nos infrastructures routières et notamment dans notre réseau autoroutier qui date des années 1960’, époque où le parc automobile suisse était très largement inférieur à ce qu’il est aujourd’hui. Cela se remarque aux abords des grandes agglomérations suisses. Qui ne s’est en effet pas retrouvé à l’arrêt lors de ralentissements entre Lausanne et Genève ou Yverdon-les-Bains ? La situation est identique, voire pire dans les agglomérations bernoises et zurichoises.

Après avoir assuré le développement de notre réseau ferroviaire via le projet ferroviaire FAIF en 2014, il est temps d’assurer le développement de notre réseau routier en acceptant le fond routier FORTA. Cette proposition a également l’avantage de soulager les cantons en confiant l’entretien de 400 km de routes cantonales à la Confédération, ce qui entraînera des baisses non négligeables de frais de fonctionnement pour les cantons, élément profitable aux régions périphériques comme la nôtre.

Enfin, il n’est pas sans intérêt de rappeler ici que pour financer FORTA et tous les autres projets d’infrastructure à venir, il faudra que les finances fédérales soient solides. Or pour cela, il faut une révision de l’imposition des entreprises cohérente et équilibrée. Ce que le Parlement et le Conseil fédéral ne nous proposent pas aujourd’hui avec la RIE III. Si nous voulons renforcer la bonne santé économico-industrielle de la Suisse en investissant dans des infrastructures d’avenir, tout en maintenant et en améliorant les prestations étatiques (formation, accueil de la petite enfance, santé, soins, sécurité, etc.), il est primordial d’assurer des rentrées fiscales adéquates pour l’Etat. Or, si la RIE III est acceptée dimanche, c’est l’imposition sur le revenu qui augmentera ou les prestations qui diminueront. Dans tous les cas, c’est la classe moyenne et les plus démunis qui en payeront les conséquences.

Pour toutes ces raisons, le PS Vallée de Joux vous encourage vivement à soutenir FORTA et à rejeter la RIE III.

                                                                                              Au nom du PS Vallée de Joux

                                                                                              Sébastien Cala, Président

16402579_1769559573366065_8935462347726345267_o