Taxe forfaitaire et baisse d’impôts pour les plus riches : le parti socialiste a défendu en vain les classes moyennes et populaires

Une taxe bricolée avec des mesures compensatoires sans cohérence, le rejet de toute nouvelle mesure sociale malgré les promesses réitérées de la Municipalité et une baisse d’impôts qui profitera aux plus riches… Dure soirée pour les Yverdonnois-es de la classe moyenne, celle des fins de mois difficiles que la gauche, et en particulier le parti socialiste, a été bien seul à défendre.

Premier acte de la pièce jouée par le Conseil communal jeudi soir : malgré la promesse d’introduire de nouvelles mesures sociales, la droite du conseil communal a refusé une proposition socialiste qui demandait de soulager le porte-monnaie de 6’000 Yverdonnois-es de revenus intermédiaires en leur remboursant 50% de la taxe. L’aide aurait pourtant directement profité à celles et ceux qui, sans vivre dans la précarité, connaissent des fins de mois difficiles. La Municipalité a poussé le bouchon jusqu’à utiliser le produit de cette taxe pour financer certaines de ses dépenses courantes comme des camps sportifs qu’elle est contrainte d’organiser et pour lesquels l’aide fédérale a augmenté ! Finalement, le parti socialiste n’a pu que constater l’incohérence des mesures compensatoires et a finalement demandé le remboursement intégral de cette taxe à toute la population… et il a été bien seul à soutenir ce remboursement.

Deuxième acte : le conseil communal a voté une baisse d’impôts. A qui profite-t-elle ? Un ménage de la classe moyenne va économiser l’équivalent d’un café par mois… un café au gout amer quand, dans le même temps, le même ménage paiera 13.- par mois en raison de la taxe forfaitaire.

Un petit baume au cœur, comme un bel interlude dans cette Berezina, le conseil a accepté la résolution de notre conseillère communale Natacha Ribaud Eddhabi pour nommer une place yverdonnoise « Place du 7 février 1971 ».

Mais toutes les bonnes pièces se jouent en trois actes…Ce 3e acte il se jouera devant la population au printemps 2021 et le parti socialiste est persuadé que la population saura reconnaitre qui a travaillé en sa faveur avec des mesures concrètes et une politique cohérente. Le syndic nous a dit hier soir qu’il ne savait pas « si l’avenir sera rose »… et bien nous sommes persuadé-e-s, nous, qu’il le sera !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *