Pierre Dessemontet développe deux postulats devant le Grand Conseil

Dans le cadre d’un dépôt commun des socialistes vaudois sur les thématiques du climat et de l’énergie, notre député (et municipal) Pierre Dessemontet a développé ce mardi deux postulat devant le Grand Conseil Vaudois :

Premièrement, un postulat concernant l’avenir des réseaux de distribution du gaz naturel. Le gaz naturel a pris une grande importance dans le mix énergétique vaudois, où il a supplanté avantageusement le mazout. Toutefois, il s’agit encore d’une énergie fossile de laquelle nous sommes censés nous retirer à terme. Or, cela pose la question de l’avenir de réseaux d’approvisionnement et de distribution qui sont des infrastructures lourdes, coûteuses à mettre en place et à entretenir, et dont la durée de vie est comparable à celle de la transition énergétique – en bref : faut-il encore investir dans ces réseaux ? Une possible porte de sortie consiste en le développement de sources de gaz renouvelable, par des procédés de production de biogaz, via la pyrolyse ou encore la méthanation. Le postulat demande que l’Etat de Vaud, par ses services, étudie la faisabilité de l’insertion dans le mix énergétique de ces sources de gaz renouvelable.

Deuxièmement, un postulat beaucoup plus généraliste dans le sillage de la motion déposée en 2016 au conseil communal yverdonnois concernant l’adaptation au réchauffement climatique à l’échelle communale, demandant à ce que le canton étudie la mise en place d’une “boîte à outils” à fournir aux communes pour que celles-ci puissent entreprendre ce qu’il faut entreprendre à leur niveau pour se préparer et pallier aux effets du réchauffement climatique. 2018 a en effet été l’année où le réchauffement a fait irruption dans nos vies tout au long de l’année: inondations hivernales dans la Plaine de l’Orbe au mois de janvier, orages extrêmes au moi de Mai à Yverdon-les-Bains, de juin à Lausanne, profonde et longue sécheresse estivale et automnale, reprise de fortes pluies en décembre. Cela préfigure un climat à venir qui sera plus méditerranéen: hivers doux et plus humides, étés plus longs, plus chaud et beaucoup plus secs. Face à cela, nous devons désormais nous préparer à faire face.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *