7 décembre 2015

Programme

Programme du PSY pour la législature 2016-2021

Pour une politique à la hauteur des défis qui nous
attendent !

 

Lien vers notre programme complet au format PDF

1. Agir pour la sécurité sociale et économique de la population

Alors que la crise économique menace notre canton, le PSY est convaincu que les autorités communales doivent mener une politique active de soutien aux revenus modestes. Il défendra vigoureusement les politiques sociales communales mises en place ces dernières années ainsi que les conditions de travail des salarié-e-s. Afin de faire diminuer le sentiment d’insécurité ressenti par certains habitants, le PSY appelle à la consolidation du lien social. Les dicastères socialistes de la municipalité, la culture et la jeunesse, ont fait beaucoup pour la promotion de cette vision du vivre- ensemble et cette tendance doit être poursuivie.

Faire face à la crise aux côtés des salarié-e-s
La lutte contre la crise économique et la précarisation commence au niveau local. C’est pourquoi le PSY s’oppose à toute péjoration des conditions de travail, notamment dans l’administration communale ou dans le secteur de la vente. Il combattra en particulier toute augmentation des heures d’ouverture des magasins qui ne seraient pas avalisée par les syndicats et les employé-e-s. Par ailleurs, les socialistes yverdonnois demandent notamment la création d’emplois de réinsertion dans l’administration communale ainsi qu’une augmentation de l’allocation familiale communale introduite grâce aux socialistes.

Etendre la démarche « qualité de vie » à toute la ville
Le PSY s’engage à poursuivre et à étendre les démarches communautaires mises en place dans 3 quartiers, qui permettent de mettre en relation les habitants et de créer du lien social, de mobiliser les potentiels du quartier et de faire ressortir les besoins et envies de ses mêmes habitants. Afin de permettre concrètement les démarches communautaires telles que les quartiers solidaires, il faut que soient à leur disposition des infrastructures, et notamment en premier lieu des locaux de réunion et d’activités.

Bâtir des ponts entre les cultures et les générations
Le tissu associatif yverdonnois comporte de nombreuses organisations permettant aux communautés étrangères d’intégrer et d’enrichir la vie locale, notamment la Commission consultative Suisses-Immigrés. Le conseil des jeunes et le nouveau conseil des seniors, eux, donnent une voix indispensable aux différentes générations. Leurs activités doivent être plus soutenues encore par les autorités, que ce soit en termes de moyens ou de mise à disposition d’infrastructures.

 

2. Offrir un logement adapté aux besoins de chacun – à un prix abordable

Le logement est une priorité pour le PSY. Yverdon-les-Bains doit ainsi s’impliquer activement pour répondre à ses besoins de logements d’utilité publique, notamment en saisissant l’occasion des projets de développement de nouveaux quartiers. Notre ville doit assurer dans ce cadre une offre suffisante en matière de logements d’utilité publique, et ce, en favorisant la mixité sociale et générationnelle, afin de concrétiser une offre diversifiée de logements accessibles à tous.

Doter la Fondation pour le logement du parc locatif de la Ville
Le parc locatif de la Ville doit être transféré à la Fondation pour le logement, afin de lui donner l’assise financière nécessaire à l’obtention de crédits plus importants, et par là même les fonds nécessaires au lancement d’une véritable politique de création de logements à loyer abordable.

Réserver les terrains constructibles de la Ville aux logements d’utilité publique
La Ville d’Yverdon-les-Bains dispose de terrains, en ville et dans les périmètres de développement, notamment dans le futur quartier Gare-Lac. Nous proposons d’utiliser ce patrimoine pour y développer le logement d’utilité publique.

Utiliser les plans de quartier pour promouvoir les logements abordables
Même lorsqu’elle n’est pas propriétaire des terrains à bâtir, la Ville dispose d’une marge de négociation avec les propriétaires, à travers l’établissement des plans de quartier et des droits à bâtir. Nous nous engageons à utiliser ces instruments afin de promouvoir, dans ces cas-là également, la construction de quotas de logements à bas prix.

Encourager les projets de logements coopératifs
Lors de mises à disposition de terrains, il faut accorder la priorité aux coopératives d’utilité publique. Les coopératives, comme la Coopérative du logement ouvrier à Yverdon-les-Bains, proposent en effet des prix plus bas que le pratiquent les acteurs habituels du marché.

Offrir des logements pour les étudiants et les seniors – sous contrôle public pour garantir un loyer abordable
Notre ville doit être proactive dans le développement de logements pour tous et notamment dans la recherche de partenaires prêts à développer de manière conséquente l’offre de logements estudiantins et de logements protégés à prix modérés. Donner la possibilité aux étudiants de s’implanter à Yverdon-les-Bains, c’est permettre à notre Ville d’assurer son attrait en terme de vie associative et culturelle, ainsi que de dynamiser son développement économique. Assurer un cadre de vie adéquat aux séniors, notamment par le soutien à des projets du type Domino, c’est contribuer à la mixité générationnelle.

 

3. Garantir l’accueil de jour à chaque enfant qui en a besoin – à des tarifs accessibles

Le PSY a à cœur de continuer de développer et de créer un dispositif d’accueil de jour suffisant et accessible au plus grand nombre. L’enjeu en la matière n’est pas seulement la création de places d’accueil pour tous les âges, de la naissance à la sortie de l’école obligatoire, mais encore de permettre à chaque famille qui en a besoin d’accéder à cette offre d’accueil de jour en fonction de ses moyens. L’offre ne doit pas seulement être étoffée en termes de places : nous devons également tout faire pour proposer aux familles ces places à des conditions financièrement acceptables.

Poursuivre le développement de l’accueil pré- et parascolaire des jeunes enfants (0-8 ans)

L’Accueil pré et parascolaire des 0-8 ans est un défi non seulement en termes d’espace, mais aussi d’investissement. Aussi, notre ville doit intensifier les partenariats en la matière avec d’autres acteurs locaux, comme c’est le cas actuellement avec les eHnv dans le cadre de leur agrandissement et qui devrait à terme, créer une garderie de 54 places. Il s’agit également de réfléchir à une politique de subventionnement des associations, des institutions, qui interviennent en faveur de la jeunesse, afin que les critères soient les mêmes pour tout le monde. Tout cela, évidemment, à mener en parallèle avec le développement des garderies et du réseau d’accueil de jour.

Développer l’accueil en milieu scolaire des pré-ados (8-12 ans) en profitant de la construction du collège des Rives
Certains bâtiments primaires actuels verront des locaux se libérer, notamment dans le cadre de la construction du futur bâtiment scolaire des Rives. Il convient dans ce cadre d’optimiser l’utilisation des locaux libérés par la construction du nouveau collège en les affectant en priorité à l’accueil para- scolaire des 8-12 ans, permettant ainsi d’offrir à cette catégorie d’enfant un accueil efficace en milieu scolaire.

Mettre en place des structures d’accueil socio-culturelles pour les adolescents (12-15 ans), notamment dans les quartiers
Les besoins des 12-15 ans en matière d’accueil ne sont identiques aux autres tranches d’âge. Raison pour laquelle un accueil standard de type parascolaire ne leur est pas adapté. Aussi convient-il pour cette catégorie de mettre en place un accueil de type socio-culturel dans ou à proximité des bâtiments scolaires, comme à Léon-Michaud ou au futur collège des Rives, ainsi que dans les quartiers d’habitation.

 

4. Faire le pari de la culture

Le PSY est conscient du travail actuel réalisé par les différents acteurs culturels. Il pense que ce travail mérite d’être plus soutenu encore en renforçant le dialogue entre les autorités politiques et ces acteurs, ainsi qu’en identifiant quelques axes forts pour appuyer ce travail. De plus, il estime que la culture yverdonnoise souffre de manques sérieux qui doivent être corrigés rapidement. Enfin, il insiste pour que le développement de l’offre culturel profite à toute la population yverdonnoise grâce à une offre variée et accessible.
Le PSY est persuadé que la culture a un rôle capital à jouer à Yverdon, que ce soit pour renforcer les liens entre ses différentes communautés, pour rendre notre ville plus agréable, mais aussi pour renforcer son attrait touristique et économique.

Rendre la culture accessible à toutes et tous
Pour continuer à développer une offre culturelle pour toutes et tous, le PSY préconise notamment l’extension de la politique de passeports culturels à destination des jeunes et des familles, l’accélération de la construction de la nouvelle bibliothèque et la gratuité de celle-ci ainsi qu’un soutien régulier aux nombreuses manifestations gratuites (Festyv’étés, l’Autre 1er Août, La Nuit des Musées, etc.). Il préconise également le développement de l’aide aux artistes en augmentant l’aide à la création et en comblant le manque de locaux. Enfin, il soutient un renforcement de la communication et de la médiation afin d’augmenter l’accessibilité de la culture yverdonnoise.

Agir – vite ! – pour le cinéma
Il est inconcevable qu’une ville de la taille d’Yverdon-les-Bains ne possède qu’un seul cinéma. Dès lors, il est urgent d’accélérer la création de salles supplémentaires, éventuellement temporaires dans l’attente de la réalisation de projets à moyens termes, et de soutenir les initiatives actuelles en lien avec le cinéma.

Permettre aux institutions-clés de se développer
Qu’ils fassent rayonner notre ville au-delà des frontières du canton ou qu’ils contribuent à renforcer le lien social au sein de notre ville, les institutions culturelles yverdonnoises font un travail immense. Le PSY préconise un dialogue renforcé entre les autorités politiques et ces institutions, ainsi qu’un soutien clair à quelques grands projets leur permettant de mieux encore remplir leurs missions comme, notamment, Numerik Games ou l’Antidote festival.

 

5. Pacifier la mobilité

Nous désirons pacifier la mobilité : sortir des guerres incessantes de la législature qui s’achève en promouvant une politique de mobilité équilibrée, ne prétéritant aucune catégorie d’usagers et privilégiant les mesures positives et les améliorations de toutes sortes, marquant donc une évolution dans les pratiques et les discours qui ont pu être tenus dans le passé. Mais il s’agira également de pacifier la mobilité en améliorant la sécurité des usagers de nos rues et places, politique que nous voulons basée premièrement sur le respect du code de la route et des règles de circulation par toutes et tous, et également sur l’identification et l’élimination des infrastructures de circulation dangereuses et des points noirs.

Améliorer l’offre en transports publics
Améliorer encore l’offre en transports publics en Ville d’Yverdon-les-Bains en passant à une fréquence de 10 minutes sur les lignes principales, et assurer une coordination optimale entre le réseau local et les lignes ferroviaires à travers l’interface de la Gare en adaptant l’offre au nouvel horaire.

Mettre en place un réseau de mobilité douce
Concevoir et mettre en place un réseau de mobilité douce en s’appuyant sur les voies de circulation protégées et fermées à la voiture, en particulier le long des canaux.

Introduire la gratuité des transports publics pour les jeunes de moins de 25 ans

Réaliser les grands projets voulus par la population
Réaliser la route de contournement en débutant par le secteur Parc Technologique – Avenue Kiener, et réaliser le parking souterrain de la Place d’Armes, dans le cadre du réaménagement de cette dernière.

Sécuriser la mobilité
Etablir un audit des infrastructures routières dangereuses, réaliser un plan d’action visant à leur élimination, et donner à la Police Nord-Vaudois les moyens de veiller au respect du code de la route de la part de l’ensemble des usagers de la voie publique.